Cliquez ici pour vous prononcer

Campagne canadienne pour la réforme des pensions

Je vous écris pour solliciter votre aide et votre participation sur une question d’importance majeure pour l’ensemble de la population canadienne. Plus de 11 millions de travailleuses et travailleurs canadiens – 68 % de la main-d’oeuvre – n’ont pas de régime de retraite en milieu de travail. Huit-millions de travailleurs n’ont pas de régime privé ou de REER. Des analystes en matière de pensions estiment qu’en 2030, deux tiers des personnes retraitées n’auront pas suffisamment de revenus et feront face à la pauvreté. Le système de retraite au Canada a un criant besoin de réforme.

La meilleure option pour cette réforme semble clairement être d’accroitre le Régime de pensions du Canada (RPC) et le Régime de rentes du Québec (RRQ). Le RPC/RRQ couvre déjà 93 % de la main-d’oeuvre canadienne. C’est un régime à prestations déterminées, ce qui permet aux gens d’avoir une idée de leur revenu de retraite. La grande taille du régime le rend tolérant au risque et ses frais administratifs sont bas. De plus, il est portatif, pouvant suivre les travailleurs d’un emploi à l’autre et d’une province à l’autre.

Le mouvement syndical, mené par le Congrès du travail du Canada, a donc conçu un plan pour accroitre le RPC/RRQ assurant ainsi qu’aucun Canadien à sa retraite ne soit obligé de vivre sous le seuil de pauvreté. Le plan comprend deux propositions majeures :

1) Doubler les prestations du RPC/RRQ (lesquelles sont payées par l’employeur et l’employé) en faisant accroitre les épargnes-retraite des travailleurs par le biais d’une augmentation de 0,43 % des cotisations au RPC/RRQ sur les revenus admissibles, et ce, chaque année pendant sept ans.

Pour un travailleur ayant un revenu annuel de 47 200 $ ou plus, le cout initial pour doubler graduellement les futures prestations du RPC/RRQ représente à peu près 9 cents l’heure, ou 3,57 $ par semaine. Moins dispendieux qu’un abonnement à un quotidien, cela doublerait la rente du RPC pour le travailleur lors de sa retraite.

2) Une augmentation à la Sécurité de la vieillesse (SV) et le Supplément de revenu garanti (SRG) pour les personnes retraitées.

Réduire la pauvreté chez les ainés n’exige pas des mesures couteuses. Cela peut être réalisé immédiatement avec une modeste augmentation de 15 % de la prestation du SRG, ce qui couterait 1,1 milliard de dollars; une fraction des dépenses actuelles pour l’aide fiscale au titre de RÉER.

L’AIEST lance à nouveau une campagne de lobbying en ligne pour demander que des mesures soient prises sur cette question. Je demande à tous les membres canadiens de participer en adressant un courriel à Jim Flaherty, ministre fédéral des Finances. Des copies seront aussi envoyées à votre représentant élu fédéral et provincial, et vos ministres provinciaux des Finances.

En cliquant sur le lien ci-dessous vous accèderez à un champ de formulaire vous demandant des informations de base. Ces informations seront utilisées pour insérer automatiquement dans une lettre modèle. Vous pouvez modifier à votre gré la ligne « objet » ainsi que la lettre elle-même. Je vous encourage fortement à personnaliser la lettre. Lorsque vous cliquez « soumettre », votre lettre sera acheminée.

Les résultats de la dernière campagne de lobbying en ligne ont démontré à quel point nos membres, en travaillant solidairement, peuvent provoquer des changements bénéfiques. J’espère que vous utiliserez à nouveau ce logiciel pour faire entendre nos voix sur cette question primordiale qui touche chacun de nous aujourd’hui, demain et à l’avenir.

Sincèrement,

Matthew D. Loeb

Président international

Cliquez ici pour vous prononcer